LE 17 AVRIL 2019

EUROPE, ZEUS, et … PAUL «  Les Anciens savaient raconter, qui prêtent aux dieux toutes les passions de l’âme humaine. Nos contemporains savent raconter, qui prêtent à leurs personnages tous les troubles de leur âme. ».  Etienne Croegaert  [1]     Extrait de l'album 'EPOXY' édité par Eric Losfeld en 1968 - Paul CUVELIER (d.) & Jean VAN HAMME (s.)Et tous savent illustrer leurs histoires, parfois même crûment. Paul Cuvelier, ce grand maître du dessin, nous le prouve à suffisance … ! Le mythe antique d’Europe est bien connu. Europe, princesse phénicienne, fille d’Agénor, roi…Lire davantage

LE 15 FEVRIER 2019

 LE BIEN ET LE BEAU « On va dessiner l'arbre, parce qu'on ne peut pas le manger ! » Enfant, Jean Torton a découvert Paul Cuvelier dans les pages du Journal Tintin. Alors qu’Hergé menait les dessinateurs dans sa ligne, Paul Cuvelier était à part. « J’étais fou de ce qu’il faisait ». En 1962, à 20 ans, Jean prend son courage à deux mains et lui écrit une lettre. Une rencontre est organisée à son atelier rue Jourdan. Il se souvient de tas de vieux dessins dans la pièce, "pas liés à la…Lire davantage

LE 29 NOVEMBRE 2018

   PYGMALIONS « J'étais jolie, cela m'a beaucoup aidé, j'avais pas grand chose ! (rire) » Née en 1943, Anne passe son enfance dans la commune d’Anderlecht à Bruxelles. Son père, polytechnicien, devient de plus en plus invivable : il percevait les « surprise parties » comme des « parties de jambes en l'air » d’où leur interdiction. « Je n’ai pas eu d'adolescence ». Anne avait des mauvaises notes en calcul, elle s'est rendu compte bien plus tard qu'elle était victime du trouble d'apprentissage appelé dyscalculie « l’impossibilité à aborder l'abstraction ». Elle…Lire davantage

LE 31 MAI 2018

      La famille Hennebert : de gauche à droite : Grégoire, Alexis, Raymond (père), Paul, Julie, Marie (mère) et Colette. Photo prise par le photographe René Huart dans le jardin à Mons (Grand rue). La photo daterait de 1944. AU CROISEMENT DES FAMILLESLe père de Grégoire, Raymond Hennebert, cherchait un moyen de guérir ses patients de la tuberculose. Il a entendu parlé d'un sérum par quelqu'un qui l'a introduit au Dr Charles Cuvelier, le père de Paul Cuvelier, qui en connaissait l’auteur [1]. Ils se sont alors rencontrés dans l'immédiat après-guerre.…Lire davantage

LE 14 FEVRIER 2018

 PAUL CUVELIER : ENFANTS NON ADMIS [1]Paul Cuvelier a vécu toute sa jeunesse à la campagne. Il lui suffisait de mettre le nez dehors pour observer un cheval en rut ou une vache uriner. Personne ne s’offusquait de la nudité d’un animal. Les pervers - ceux qui détournent quelque chose de leur vraie nature - c’est dans la société des humains que Paul les a croisé : leurs écoles, leurs collèges et autres institutions bien comme il faut. Dans le journal Tintin, les héros sont costumés de la tête aux pieds. Il est…Lire davantage

LE 2 SEPTEMBRE 2016

NICOLE « Avant de le rencontrer, mes frères lisaient toutes les semaines (le journal de) TINTIN » En 1950, Nicole Dufrane, 11 ans, rencontre Paul Cuvelier, 27 ans, membre du jury dans le cadre d'un concours de dessin pour enfants organisé dans une salle à l'étage du cinéma montois Patria. « Je n'ai pas gardé de traces de ce concours, j'avais été dans les bons éléments (rire) ». Le nom de Paul CUVELIER ne lui est pas inconnu : « Mes frères lisaient toutes les semaines le journal de Tintin ». Paul venait d'y terminer Corentin chez les Peaux-Rouges et…Lire davantage